Le gouvernement a confié à la député UMP Françoise Guégot (Seine-Maritime) une mission pour faire des propositions sur le système d'orientation professionnelle, qui sont attendues "tout début décembre", selon sa lettre de mission, communiquée à l'AFP vendredi.

Le gouvernement estime que "le paysage institutionnel de l'orientation professionnelle tout au long de la vie est particulièrement complexe et cloisonné, avec plus de 8.000 organismes qui y travaillent à des titres divers (...)".

Parlant d'un "foisonnement de pratiques, souvent pertinentes, mais qui ne constituent pas une politique publique", le Premier ministre François Fillon demande à Mme Guégot de réfléchir à une meilleure mutualisation des connaissances sur l'évolution des emplois, métiers et qualifications.

Il lui est aussi demandé de réfléchir aux moyens de "développer l'accessibilité et la couverture territoriale des services d'orientation professionnelle ", et "des pratiques coopératives afin d'offrir aux personnes un accueil et un conseil quel que soit leur âge ".

Le système d'orientation professionnelle est constamment critiqué depuis plusieurs années par le patronat.

  • En 2006, l'Assemblée des Chambres françaises de commerce et d'industrie (ACFCI) a prôné une "révolution", plaidé pour plus de sélection à l'entrée de l'université et des droits d'entrée plus élevés.
    Les chambres de commerce exigeaient notamment que soient recensés et diffusés les taux d'insertion professionnelle pour chaque diplôme, 6 mois et 3 ans après la sortie des études, comme prévu dans un décret de 2005.
  • Plus récemment, le délégué général de l'UIMM (patronat de la métallurgie) Jean-François Pilliard s'en est pris au manque de coordination et a déclaré que "pour faire de l'orientation, il fallait des professionnels, pas des amateurs", lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis) le 8 juillet.

Le Livre vert sur la Jeunesse issu le 7 juillet de la concertation organisée par Martin Hirsch a recommandé une révision "de fond en comble" du système.

"Un service public de l'orientation, connecté à l'école mais pas dépendant de l'Education nationale, doit être créé associant la région, l'Etat et les partenaires sociaux", selon ce document.

 

 
Retrouvez mes dernières interventions dans les Médias:
 
 

           http://www.dailymotion.com/video/x9vt9t_francoise-guegot-invitee-des-grands_news
Ce soir 18 juin à 19h en direct sur LCP 24/24, (rediffusions à 21h 07 et 0h36 sur LCP)
Françoise invitée de "Ca vous regarde"  l'émission quotidienne de Arnaud Ardoin.

Aujourd'hui Jeudi 18 juin, 622 322 élèves de terminale répondront à l’appel de la première épreuve du Baccalauréat.
Pourtant, cette formule scolaire ne convient plus. En décembre dernier la réforme du Lycée proposée par Xavier Darcos avait provoqué un tel esclandre qu’elle avait été suspendue. Depuis, Richard Descoings, le directeur de Sciences-Po, chargé par Nicolas Sarkozy de relancer cette réforme, a rendu un rapport début juin, dans lequel il préconise de revoir toute l’organisation scolaire, de l’orientation de la fin de troisième à l’arrivée en université.
D’autres voix s’élèvent, comme celle de Benoit Apparu, député UMP, qui propose dans un rapport parlementaire de limiter le « bac » à quatre épreuves écrites et de faire passer les autres en contrôle continu. Cette solution permettrait de réduire les coûts (estimés aujourd’hui à 50 millions d’euros) mais également d’alléger cette épreuve lourde parfois considérée comme désuète.
Ce « monument du système éducatif français » comme l’a appelé Xavier Darcos, ministre de l’éducation, demeure-t-il le sésame incontesté ouvrant les portes de l’université ou de la vie professionnelle ?

52 minutes de débat entre Françoise GUEGOT et Massira BARADJI, porte-parole du FIDL (Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne), Emmanuel DAVIDENKOFF, directeur de la rédaction de "l'Etudiant" et Frédéric REISS, député UMP du Bas -Rhin, membre de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales.
Pour accéder au site de la chaîne parlementaire: cliquer ici
Jeudi 2 avril, lors d'une interview avec le journaliste Jean Taillardat sur RLS, Radio Sentinelle 97.9 FM, Françoise Guégot s'est exprimée sur les sujets d'actualité et les projets de réforme.

Pour écouter l'émission: cliquez ici

Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription