La remise du rapport de Françoise Guégot à François Fillon a suscité de nombreuses réactions dans la presse. Retrouvez les liens des principaux articles ci dessous:

Le Figaro - 20 janvier 2010 : Un grand chantier pour un service public de l'orientation

écoles - Entreprises.com - 21 janvier 2010: Remise d'un rapport sur l'orientation professionnelle

ARFtlv - 21 janvier 2010: Un nouveau système d'orientation tout au long de la vie pour 2012

E-tud.com - 20 janvier 2010: Développement de l’orientation professionnelle : Françoise Guégot rend son rapport

Secteurpublic.fr - 20 janvier 2010: Françoise Guégot remet son rapport sur le développement de l’orientation professionnelle tout au long de la vie

NousVousIls.fr - 19 janvier 2010: Formation: un rapport à Fillon prône un droit de regard sur les débouchés
La remise imminente du rapport sur l'orientation et la formation professionnelle tout au long de la vie de Françoise au Premier ministre François Fillon a d'ores et déjà suscité quelques réactions.
Vous trouverez ci dessous les articles parus dans la presse ces derniers jours:

 

Le Figaro - 24 décembre 2009: Stages en entreprise pour les profs ?

Actua Litté.com - 27 décembre 2009: Les profs en stage en entreprise, pour l'orientation des élèves

Rue89 - 28 décembre 2009: Faut-il envoyer les profs faire des stages en entreprise ?

France Info - 28 décembre 2009: Des stages en entreprise pour les profs ?

Paris Normandie - 29 décembre 2009: Amener l'entreprise à l'école

Paris Normandie - 29 décembre 2009: La méfiance des syndicats


« Des salariés mieux armés »

Françoise Guégot, députée UMP de Seine-Maritime : « Il faut simplifier, mieux utiliser ces milliards d'€ » (photo Thibault Rousseau)

FORMATION. La réforme est engagée. Auteur d'un rapport sur le sujet, Françoise Guégot en explique les enjeux.

En décembre, la vice-présidente du groupe UMP à l'Assemblée nationale rendait un rapport sur «La formation tout au long de la vie». Depuis le début de l'examen de la réforme de la formation professionnelle, le 13juillet dernier, Françoise Guégot participe activement aux débats dans l'hémicycle. Entretien avec la députée de Seine-Maritime, elle-même partie prenante de la formation initiale en sa qualité de maître de conférence associée à l'INSA de Rouen et expérimentée en matière de formation continue pour avoir participé à différents programmes à destination de plusieurs Greta (réseaux de formation continue).
Pourquoi réformer l'ensemble du dispositif?
D'abord un constat: la France consacre 27milliards d'€ à la formation professionnelle. Un budget considérable pour un système qui s'il a des qualités, a aussi beaucoup de lacunes. Deux exemples: ce sont les salariés les moins qualifiés qui ont le plus de difficulté à accéder à la formation professionnelle. Un cadre a une chance sur deux d'en bénéficier alors qu'un ouvrier n'en a qu'une sur sept. Autre inégalité flagrante, 75% des demandes de formation des personnes sans emploi sont rejetées. Il faut changer tout cela!»
Ne faut-il pas commencer par simplifier?
Il y a des milliers de structures en France et on compte une centaine d'organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA), dont la mission est de développer des services au bénéfice des entreprises et des salariés et de financer les actions de formation. Le système est cloisonné et s'articule autour de secteurs professionnels alors que quantité d'emplois aujourd'hui ne dépendent pas d'un secteur d'activité mais d'une action transversale. Il faut simplifier, mieux utiliser ces milliards d'€.
Le fond de sécurisation des parcours professionnels est au cœur de la réforme. Que va-t-il changer?
L'objectif est bien de faciliter l'accès à la formation pour celles et ceux qui en ont le plus besoin. Le fonds sera alimenté par les cotisations des entreprises et par l'Etat, qui aura le pouvoir de l'abonder pour financer tel ou tel dispositif sur un bassin d'emploi ce qui est un gage d'efficacité. Il sera bien précisé dans la loi que les demandeurs d'emploi, les personnes peu qualifiées et - j'insiste sur cet aspect très important - les salariés des PME-PMI qui ont beaucoup moins facilement accès à la formation que ceux des grands groupes».


Propos recueillis par Christophe Preteux

L'examen du texte doit se prolonger jusqu'au vendredi 24juillet à l'Assemblée et sera discuté au Sénat à la mi-septembre.

Source: Site Internet : http://www.paris-normandie.fr/index.php/cms/13/article/195047/__Des_salaries_mieux_armes__
Article paru dans l'hebdomadaire "L'hémicycle" en date du mardi 21 juillet 2009


Deux rapports pour souligner l’inégalité de la formation
Les inégalités qui entourent la formation professionnelle ont déjà été mises en évidence par la Cour des comptes et par la députée Françoise Guégot (UMP, Seine-Maritime).
En octobre 2008, la rue Cambon avait rendu ses conclusions sur le sujet : la formation professionnelle dans le système français est inefficace et inadaptée. « La formation professionnelle, qui consomme chaque année plus de 34 MdsE, ne remplit aucun de ses objectifs fondamentaux », avait martelé le Premier président de la Cour des comptes, Philippe Séguin, lors de la présentation du rapport. Selon la Cour, le système est tout d’abord inéquitable pour les bénéficiaires « car il accroît les inégalités au lieu de les réduire ». Les moins diplômés sont ainsi ceux qui bénéficient le moins des parcours de formation professionnelle. De plus, le trop grand nombre d’acteurs et de financeurs - Etat, région, entreprises, Education nationale - influe sur la mauvaise organisation de ce système. La solution proposée : mutualiser les fonds et simplifier leur collecte trop éclatée.
Françoise Guégot, pour sa part, avait affirmé en décembre 2008, qu’il était nécessaire de « clarifier, synthétiser, contrôler et simplifier le dispositif ». La formation tout au long de la vie est cloisonnée aussi bien en fonction des âges de la vie (élèves, étudiants, adultes, seniors), qu’en fonction de son mode de financement (la formation initiale fonctionne essentiellement sur des crédits publics et la formation continue dans le cadre de l’entreprise). Elle proposait donc de revoir l’organisation de la formation autour de quatre actions : clarifier ses objectifs ; simplifier son organisation ; évaluer les offres de formations ; contrôler la gouvernance et le financement.

Source: www.lhemicycle.com/2009/07/20/reajuster-l%E2%80%99offre-de-formation/

Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription