La sécurité dans les transports

 
D'aucuns y voient une volonté de la droite de recentrer le débat sur les thématiques sécuritaires mais, force est de constater que l'actualité le montre chaque jour, il est urgent d'endiguer l'insécurité dans les transports en commun.
 
C'est dans cet esprit que Brice Hortefeux, Ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des Collectivités territoriales, a présenté le 14 avril dernier un plan sécurisation des transports.
 
Les Français doivent pouvoir se déplacer partout en toute sécurité.
 
Dès lors, la vidéo protection va être développée. Elle a très largement fait ses preuves partout où elle a été installée en permettant, notamment, de prévenir les agressions ou d'identifier leurs auteurs. Le nombre de caméras dans les rames et les gares SNCF est de 14 4000. Ce chiffre va passer à 25 000 d'ici à 2010-2013.
 
On ne peut ignorer également que les violences sont plus particulièrement fréquentes sur certaines lignes: des objectifs prioritaires vont par conséquent être définis. Une « carte des protections », gare par gare sera réalisée afin de mieux répartir les moyens à mettre en œuvre.
 
Enfin, sans une présence forte sur le terrain, tout effort serait inutile. A terme, dans chacune des gares particulièrement sensibles, il s'agira de constituer de véritables commissariats de gare, articulés autour des unités d'accueil et de sécurisation, et de développer des patrouilles polyvalentes métro/RER/train/bus.
 
Ce plan de sécurisation se matérialisera par la mise en place d'une « task force pour la sécurité des transports », a annoncé Brice Hortefeux. Cette « task force » se réunira régulièrement autour du Ministre de l'intérieur, du Secrétariat d'Etat aux transports, des responsables de la sécurité intérieure (préfet de police, DGPN, DGGN) et des grands opérateurs (SNCF et RATP) afin de décider et réajuster la politique de sécurisation dans les transports.
 
 
 

C'était attendu, Luc Chatel, Ministre de l'Education nationale, vient d'annoncer les mesures de revalorisation des salaires des enseignants.
Nicolas Sarkozy l'avait promis lors de la campagne présidentielle de 2007 et répété lors de ses vœux aux acteurs de l'éducation en janvier dernier.
Après la masterisation de leur formation, c’est une avancée très significative vers une plus grande considération des enseignants. En effet, pour rappel, ils sont désormais recrutés au niveau Master 2, autrement dit à Bac + 5.
Dans un souci de cohérence, il fallait à nouveau adresser un geste fort pour encourager le corps enseignant dont on ne salue que trop peu le travail.

C'est pourquoi, le Ministre de l'Education nationale a annoncé aujourd'hui que les salaires des enseignants néo-titularisés, professeurs des écoles et professeurs certifiés, recrutés à Bac + 5 lors de la rentrée scolaire 2010, seront revalorisés à hauteur de 157 euros nets par mois. Cette augmentation s'élèvera à 259 euros nets mensuels sur les salaires des professeurs agrégés. Ces mesures,  bénéficieront à près d’un quart des enseignants, soit 20 000 débutants et 170 000 enseignants déjà en fonction. 
Pour les enseignants en début de carrière et jusqu’à 7 ans d’ancienneté, le gain s’élèvera en moyenne à 660 € de plus par an.
Le coût total de ces revalorisations représente 196 millions d'euros
, autrement dit la moitié des économies réalisées par le non-renouvellement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
Aux actions conjoncturelles voulues par la gauche, dont la logique est avant tout électoraliste, la majorité répond par des réformes structurelles permettant à la France de se construire un avenir.

Françoise Guégot

 

Une allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie

La proposition de loi du député Jean Leonetti portant création d'une allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie a été adoptée hier, mardi 16 février, à l'Assemblée nationale.

Ce texte, une fois n'est pas coutume, a été co-signé par les quatre membres – toute tendance politique confondue – de la mission d'évaluation de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie.

Il va permettre la création d'une allocation destinée à compenser la perte de revenus liée à l'accompagnement à domicile d'un parent ou d'un proche en fin de vie durant un congé de solidarité familiale.

Sans la politique volontariste menée par le Gouvernement en matière de soins palliatifs, une telle allocation n'aurait pu voir le jour. Une plus grande humanisation de la fin de vie était nécessaire puisque le dispositif actuel était insuffisant sur ce point.

Au total, cette allocation se matérialisera par une allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie qui s'appuiera, pour les salariés, sur l'actuel congé de solidarité familiale.

Des mesures concrètes pour les territoires ruraux

Le Président de la République, Nicolas Sarkozy, a conclu le 9 février dernier les assises des territoires ruraux lancées en octobre 2009 par Michel Mercier, ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire.

Ces assises portaient un message fort: ce gouvernement n'abandonnera pas les 11 millions de français qui vivent aujourd'hui en territoires ruraux ; elles poursuivaient un objectif ambitieux: bâtir une nouvelle politique de la ruralité qui assure l'égalité des chances. Cela faisait plus de 20 ans que ces territoires n'avaient pas été consultés sur leurs besoins: ils ont été écoutés, ils ont été entendus.

Sept points majeurs ont d'ores et déjà été retenus par le Président de la République axés sur les services de proximité.

D'abord sur le développement du numérique: le grand emprunt prévoit 2 milliards d'euros pour le très haut débit dont la moitié dédiée aux territoires ruraux. Une couverture totale devra être atteinte en 2025. La téléphonie mobile n’est pas en reste puisque les opérateurs se sont engagés à couvrir l'ensemble des communes en 3G mobile dès 2013.

L'accès à la santé trop souvent compliqué par des structures inadéquates va faire l'objet d'un plan permettant de financer 250 maisons de santé pluridisciplinaires en 3 ans. Les étudiants en médecine, qui boudent trop souvent le milieu rural, bénéficieront de bourse s'ils s'engagent à exercer en milieu rural pour une durée égale à celle de leurs études. Cela devrait permettre d'arriver à 4000 médecins supplémentaires en zone rurale d'ici 10 ans.
La petite enfance, toujours difficile à gérer dans nos territoires, verra l'arrivée de modes de garde adaptés, encouragés par le développement des maisons d'assistantes maternelles.

Le logement, quant à lui, sera amélioré par le doublement de l'effort financier de l'Agence nationale de l'habitat: 150 000 logements ruraux seront réhabilités.

L'équipement numérique des cinémas sera amélioré puisqu'une partie de 750 millions d'euros de grands emprunts est consacrée aux contenus culturels numériques.

Le développement économique n'est pas en reste. Les PME et TPE des territoires ruraux, premiers employeurs de ces territoires, bénéficieront d'une enveloppe de 100 millions d'euros par OSEO. La Banque postale développera une offre de financement des entrepreneurs et des TPE pour mobiliser les 6 milliards d'épargne dont elle dispose. La poste équipera par ailleurs, d'ici à 2013, chaque bourg-centre isolé d'un distributeur automatique de billets.

Les transports ne sont pas oubliés puisque les pôles d'excellence rurale permettront le développement de transports individuels écologiques. L'effort sera également porté sur le désenclavement routier de certains territoires. Le train sera lui aussi l'objet d'attention puisque le Gouvernement présentera d'ici à juin 2010 une solution pérenne pour assurer l'équilibre économique des lignes ferroviaires de type Corail.

Enfin, des crédits spécifiques de la dotation de développement rural seront consacrés à l'ingénierie de projet. L'Etat réfléchira également à la répartition de ses dotations afin de vérifier si elles correspondent bien à l'équilibre des charges entre communes rurales et urbaines.

Ces premiers axes serviront de base à la réunion du Comité interministériel d'aménagement du territoire qui permettra d'acter un plan d'ensemble à l'attention des territoires ruraux. Je vous communiquerai ces éléments de façon exhaustive dès qu'ils seront en ma possession.

Françoise Guégot

{dmotion}xc1oj9{/dmotion}

Interview de Françoise Guégot diffusée le vendredi  29 janvier 2010 pour les 550 participants de la 11e Université d'hiver de la formation professionnelle réunis à Arles.
Entretien produit et réalisé par AFPA/TFS


Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription