Françoise Guégot, Députée de Seine-Maritime, membre de la Droite Sociale, et proche de Laurent Wauquiez, dénonce le climat actuel autour des affaires, qui n'est en réalité qu'une stratégie d'évitement du débat public.

Depuis que Nicolas Sarkozy a exprimé le souhait de se présenter à la campagne pour la présidence de l'UMP, les commentateurs politiques sont nombreux à donner de l'écho à des « affaires », qui pourraient le concerner.

La stratégie a le mérite d'être claire : plus le bruit médiatique sera fort autour de ces fuites parfaitement contrôlées, et toujours à charge contre l'ancien Président, moins le débat politique pourra avoir lieu dans de bonnes conditions.

Cette stratégie d'évitement du débat est dangereuse, car elle ne répond en rien à l'attente des Français. Elle entretient la défiance à l'encontre des hommes et des femmes politiques, et prive le pays d'un débat d'idées pourtant légitime.

Ceux qui redoutent le retour de Nicolas Sarkozy devraient pourtant se souvenir qu'il y a 10 ans commençait l'affaire Clearstream. Après avoir été l'objet d'une campagne violente ayant pour but de le faire tomber, Nicolas Sarkozy avait été innocenté. Les Français avaient ensuite choisi le candidat des idées. L'histoire pourrait recommencer.

Bourse au mérite :
l’« idéologie égalitariste » à l’œuvre selon Laurent Wauquiez

Une circulaire publiée le 24 juillet met fin aux bourses au mérite, attribuées aux meilleurs élèves issus de milieux modestes. Une décision qui fait polémique. Explications de Laurent Wauquiez, député de la Haute-Loire.

Que vous inspire la suppression des bourses au mérite ?

C’est une profonde injustice. Pour les jeunes qui sont issus de milieux modestes ou de classes moyennes, cette bourse au mérite était importante non seulement pour financer leurs études, mais aussi comme un signe de la reconnaissance de la République. C’était un encouragement.

L’économie que représente la suppression de cette bourse est ridicule : on parle de 12 millions d’euros sur un déficit de l’État de 173 milliards d’euros. En revanche, le signal envoyé est catastrophique, on tourne le dos à ceux qui font des efforts pour réussir par le travail.

Cette bourse est perçue, dites-vous, comme un signe de reconnaissance. Est-ce donc un symbole au-delà d’une simple question financière ?

Effectivement, on touche à la question de la conception de l’école et de la République. À cette idée que l’on encourageait les élèves qui venaient de tous les milieux, y compris les plus modestes, à donner le meilleur d’eux-mêmes et à gravir l’échelle sociale. C’était un vrai symbole de l’esprit de Jules Ferry, dans lequel sont associées la vocation sociale et l’excellence. C’est ce symbole-là que le gouvernement vient de balayer d’un revers de main.

On confond l’égalité et le nivellement par le bas. L’égalité n’est pas de dire aux enfants qu’ils vont réussir sans faire d’efforts. Ce n’est pas refuser de récompenser ceux qui ont travaillé toute l’année et qui devraient faire la fierté de la République. Au fond, on dit aux étudiants : « Que vous travailliez ou pas, cela n’a pas d’importance, vous aurez la même chose à l’arrivée ».Or, il faut aider une génération à grandir, à avancer en lui inculquant cette idée du progrès, de l’effort, du mérite.

Pourquoi les socialistes ont-ils à ce point peur du mérite ?

Derrière, il y a une idéologie à l’œuvre, qui trahit ce que devrait être le véritable esprit de la gauche. Jaurès défendait les bourses au mérite ! Aujourd’hui, on flatte tous les étudiants plutôt que d’avoir le courage politique de dire que ceux qui se donnent du mal méritent un peu plus de considération. C’est une grande idéologie du politiquement correct, qui consiste à aller dans le sens de la rivière plutôt que d’avoir le courage de donner des repères à une génération. On a affaire à cette grande idéologie égalitariste portée par la gauche, qui fait beaucoup de dégâts.

On ne doit pas avoir peur des vraies valeurs de la République, que sont notamment la méritocratie, le travail et l’effort. Ce sont ces mots qui permettent à une génération d’être tirée vers le haut.

Cliquez ici pour retrouvez l'interview sur le site du magazine Famille Chrétienne

fsp3 190514-2014-07-18-15-57        darnetal 260514-2014-07-18-15-58

gournay 040614-2014-07-18-15-58       argueil 120514 -2014-07-18-15-56

La bonne humeur était au rendez-vous ce vendredi soir à Préaux lors du vernissage de l'exposition de peinture de la très dynamique association A.D.A.S.O.C, présidée par Monsieur Senel.

L'occasion pour Françoise de saluer les habitants de Préaux et de rencontrer Madame Anne-Marie Delafosse, nouveau maire et son équipe municipale.

Jean-Paul GAUZES, député européen à Buchy

Les élections européennes auront lieu le 25 mai prochain. Jean-Paul Gauzes, Député européen sortant et candidat en 3ème position sur la liste UMP pour la région Nord-Ouest est venu à la rencontre des électeurs à Buchy.

Entourée de Catherine Flavigny, Maire de Mont-Saint-Aignan et de Patrick Chauvet, suppléant et maire de Buchy, Françoise a tenu à lui apporter tout son soutien.

Un engagement européen :

Elu au parlement européen depuis 2004, réélu en 2009, Jean-Paul Gauzes est membre de la commission des Affaires économiques et monétaires. Il a été, entre 2004 et 2009, membre de la commission des Affaires juridiques. Il est membre de la commission de l'Agriculture et du développement rural depuis 2009 et de la Commission spéciale sur la crise financière, économique et sociale depuis 2009.

Jean-Paul Gauzès est coordinateur des députés du PPE à la commission Affaires économiques et monétaires. Il a été rapporteur sur la Directive services de paiement et sur le Règlement relatif aux agences de notation de crédit. Il a aussi été en charge du rapport sur la Directive relative aux gestionnaires de fonds d'investissement alternatifs et du rapport sur la modification du Règlement sur les agences de notation de crédit.

Par ailleurs, Jean-Paul Gauzes est membre titulaire de la Délégation pour les relations avec la Péninsule coréenne et membre suppléant de la Délégation à l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE.

Plus d'infos sur les élections européennes du 25 mai prochain: sur le site www.elections2014.eu/fr.

 

 

Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription