Nicolas Sarkozy a demandé au Gouvernement de déposer avant l'été un projet de loi qui instituera un droit à l'accueil des enfants inscrits à l'école. Ce projet prévoit deux dispositifs en cas de grève:

- Les professeurs grévistes devront se faire connaitre 48h à l'avance afin que l'accueil des élèves puisse être organisé
- Les communes devront proposer des solutions d'accueil, dont la charge financière sera assurée par l'Etat.

Le droit à l'accueil est valable toute l'année et pas seulement en cas de grève. Concrétement, cela signifie que lorsqu'un enseignant est absent durant le temps scolaire normal, l'Etat doit aussi assumer ses responsabilités en assurant l'accueil des élèves, puis le remplacement du professeur absent.
Depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, le rythme des travaux parlementaires a été très soutenu, avec 37 lois importantes promulguées depuis juin 2007. Celles-ci commencent d'ores et déjà à produire des résultats pour améliorer la vie des Français...En voici deux exemples:

- Concernant la politique en faveur du pouvoir d'achat des français:
  - Le recours massifs aux heures supplémentaires (41 millions en février 2008 contre 20 millions en octobre 2007). 54% des entreprises de plus de 10 salariés y ont désormais recours, contre seulement 20% en juin 2007. A noter que 61% des ouvriers et salariés souhaitent effectuer des heures supplémentaires.

  - La déductibilité des intérêts d'emprunts jusqu'à 7500 euros pour un couple marié pour les achats immobiliers réalisés apres le 6 mai 2007.

- Concernant les mesures pour l'emploi:
  - Fin 2007, le taux de chômage en France métropolitaine s'établissait à 7.5% le plus bas niveau depuis 1984, soit 194 800 demandeurs d'emploi en moins sur un an, l'objectif affiché étant d'atteindre moins de 5% en 2012.

  - La réforme du service public de l'emploi, par la fusion de l'ANPE et des ASSEDIC, qui sera effective à la fin de l'année 2008, aidera les demandeurs d'emploi à retrouver une activité dans de meilleures conditions.


 
C'est sous cette bannière que nous lançons aujourd'hui le projet de loi de modernisation de l'économie.

L'objectif est simple: agir pour gagner le point de croissance que nous recherchons et agir pour l'emploi, car nous souhaitons faire de la France le pays du plein emploi.

Chacun sait que le contexte économique international est difficile, avec une croissance mondiale qui ralentit, en particulier aux Etats Unis, un prix du pétrole qui atteint des niveaux recors, et une hausse de l'euro qui pèse sur la compétitivité des entreprises.

Pourtant, l'économie française résiste mieux que les autres, même si ces turbulences la concernent aussi. Le marché du travail en France reste dynamique, avec un taux de chômage qui a rejoint son niveau en 1983 (7.5% au 4ème trimestre 2007) et un chiffre de créations d'emplois record depuis l'an 2000 (plus de 320 000 en 2007). Les entrepreneurs se sentent confiants: la production et les exportations ont été dynamiques au 1er trimestre et les créations d'entreprises ont également atteint un niveau sans précédent l'année dernière.

La politique du gouvernement est claire: la meilleure réponse aux inquiétudes ambiantes, c'est de poursuivre et d'amplifier les réformes, c'est de continuer à remettre la France au travail.

C'est pourquoi, nous avons préparé depuis 10 mois un projet de modernisation de l'économie très ambitieux: 30 mesures, dans 44 articles doivent générer à partir de 2009, selon nos premières estimations, au moins de +0.3% de croissance et 50 000 emplois par an.

Ces objectifs de croissance et d'emploi sont construits sur trois principes: croissance, liberté et équilibre. Car il n'y a pas de croissance durable sans la liberté pour chacun de créer et d'entreprendre. Il n'y a pas de liberté acceptable sans une régulation équilibrée. Le rôle de l'Etat n'est pas de créer de l'activité à la place des acteurs, mais d'inciter les Français à entreprendre, en créant les conditions règlementaires et fiscales adéquates. Il y a dans notre pays tant d'énergies et de talents inutilisés! trop de formulaires à remplir, trop de positions établies facteurs d'inefficacité, trop d'obstacles administratifs qui découragent...il est temps de faire souffler sur notre économie un vent de liberté.

La loi de modernisation de l'économie lèvera bien des verrous structurels et règlementaires qui pèsent sur notre économie. Elle est composée de quatre grands titres: encourager les entrepreneurs, relancer la concurrence, renforcer l'attractivité de notre économie et améliorer son financement. ce texte s'inscrit, enfin, dans une démarche globale avec la loi sur le travail, l'emploi et le pouvoir d'achat, la fusion de l'ANPE et des ASSEDIC et le crédit impôt recherche. C'est avec enthousiasme que nous devons défendre cette réforme essentielle pilier du programme présidentiel.
 
 
Depuis quelques semaines, beaucoup de contre-vérités ont été exprimées concernant la politique de l'education Nationale. Le seul objectif retenu est de rétablir un système scolaire où l'égalité des chances est une réalité. Pour vous aider à comprendre les enjeux, vous trouverez ci-dessous quelques éléments de réponse:

L'éducation nationale en chiffres:
- 1.022 millions de fonctionnaires, 58 milliards d'euros de budget.
- Un budget qui a été multiplié par deux en 20 ans.

Pour la rentrée prochaine:
- 35 000 départs à la retraite prévus
- 11 200 postes non renouvelés, soit moins de 1% des effectifs.

Un budget qui tient compte de la démographie scolaire:
- 2nd degré: 40 000 élèves en moins à la rentrée prochaine
- 1er degré: Démographie en hausse, 800 emplois en plus au niveau national.

Un budget qui respecte la qualité de l'enseignement:
- Sur les 8 800 postes de professeurs non renouvelés, près de 5000 emplois seront compensés par les heures supplémentaires qu'effectueront les professeurs volontaires
- Le rapport du nombre d'élèves par division se maintient: il est de 28 élèves par classe en filière générale et 19 élèves par classe en filière professionnelle.

Les résultats face aux moyens: un constat alarmiste:
- 15% des élèves quittent l'école primaire en ayant de graves lacunes dans les domaines de la lecture, de l'écriture et des mathématiques. la France est devancée par tous les états européens de taille comparable selon les enquêtes internationales.
- La dépense moyenne par lycéen est supérieure de 22% à celle de tous les pays développés; 1 bachelier sur 2 échoue a cours du premier cycle universitaire.

Les réformes engagées pour en finir avec des politiques aussi couteuses qu'inefficaces:
- L'accompagnement éducatif dans les collèges de l'éducation prioritaire
- La suppression des 2 heures du samedi matin
- La mise en place de 22 000 modules de stages gratuits de remise à niveaux.

Offrir aux enseignants plus de pouvoir d'achat:
1.115 milliards d'euros sous forme d'heures supplémentaires, exonérées de charges sociales et défiscalisées, soit un gain de pouvoir d'achat, par rapport à l'année dernière, pour les enseignants volontaires de 250 millions d'euros.
Il s'agit d'une affaire complexe qui a suivi une procédure juridique conduisant le Préfet à autoriser son implantation il y a deux ans.
Par ailleurs, le PLU de Darnétal permet ce type de réalisations.
Suite à une concertation avec les élus, Françoise GUEGOT a pris l'initative d'une réunion avec les services du Ministère concerné afin que ce dossier soit traité avec la plus grande prudence et dans le respect de la vie quotidienne des habitants de proximité.

Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription