Une Communauté Urbaine, pour quoi faire? Quel avenir pour l'empilement des collectivités territoriales ?

A l'initiative de Françoise GUÉGOT, Députée, les élus de la Majorité présidentielle de l'Agglomération vont à la rencontre de leurs concitoyens et lancent le débat. Trop d'interrogations pèsent sur ce projet, les élus de la Droite entendent bien peser sur les choix et les méthodes de Monsieur FABIUS de créer une Communauté urbaine dont les contours et les compétences restent floues.
Des réunions publiques sont organisées:
 
Le 3 décembre à 20 h 30 à l'As des Coquets à Mont Saint Aignan.
Le 7 janvier à 20 h 30 salle Festive rue des coquelicots à St Etienne du Rouvray.
Le 8 janvier à 19 h au Centre Savale rue de la chaîne à Darnétal.
Le 14 janvier à 20 h salle des fêtes de Mesnil-Esnard.
Le 22 janvier à 18 h à la Halle aux toiles de Rouen.
Jeudi 27 novembre, à Saint Etienne du Rouvray, .
Françoise Guégot, Secrétaire nationale de l'UMP en charge de l'enseignement supérieur, vice Présidente du groupe UMP à l'Assemblée Nationale, Président Rapporteure de la Mission sur la Formation Tout au Long de la Vie (FTLV), a présidé un débat public, organisé par la Fédération UMP 76.
Pourquoi faut-il réformer de l'école à l'université?". Parce que tous nos enfants doivent avoir les mêmes chances de réussite, parce qu"il faut arrêter la spirale de la sélection par l'échec, parce que la France globalement réussit moins bien que ses voisins européens
Une vraie réforme des territoires

Françoise Guégot, députée de Seine Maritime,
 Benoist Apparu, député de la Marne, Valérie Boyer, députée des Bouches-du-Rhône, Nicolas Dhuicq, député de l’Aube, Philippe Gosselin, député de la Manche, Sébastien Huyghe, député du Nord, Laure de La Raudiere, députée d’Eure-et-Loir, Bruno Le Maire, député de l’Eure, Jean-Frédéric Poisson, député des Yvelines, Franck Riester, député de Seine-et-Marne, Valérie Rosso-Debord, députée de Meurthe-et-Moselle, Lionel Tardy, député de la Haute-Savoie, Isabelle Vasseur, députée de l’Aisne, se sont exprimée sur la réforme des collectivités territoriales, dans une tribune publiée dans Libération le 20 novembre 2008:

A croissance égale, notre pays crée moins d’emplois et plus tard que les autres, il en détruit plus et plus tôt en cas de crise. La raison est simple. Nous avons trop tardé à adapter notre pays, notre économie, notre fiscalité, notre marché du travail à la mondialisation. Nous avons trop tardé à moderniser nos administrations centrales, déconcentrées et décentralisées. La crise actuelle doit être un argument supplémentaire pour poursuivre le travail de réforme engagé par la majorité. De ce point de vue, la réforme des collectivités territoriales est nécessaire...


Des promesses électorales qui vont nous coûter cher !

Le Quotidien Paris-Normandie a présenté un article sur les finances de la Ville de Mont Saint Aignan, après lui avoir consacré un sujet sur ses emprunts, sans avoir permis à l’ancienne majorité de répondre.

Ce communiqué de presse reprend l’ensemble des points cités et a pour objectif de permettre à l’opposition actuelle de faire entendre son point de vue.

----

Mercredi soir 12 novembre 2008, lors du Conseil Municipal de Mont Saint Aignan, le Maire a présenté un rapport d’audit sur les finances de la Ville. En tant qu’ancien maire, Françoise Guégot souhaite réagir à cette présentation.

Sur la forme tout d’abord, le rapport a été remis sur table au seul moment de la présentation, ce qui n’a pas permis aux élus d’en faire l’analyse ni d’en commenter sérieusement les éléments sur l’instant. Cette méthode est tout à fait inacceptable.

Que dire par ailleurs de la présentation orale faite par le Maire, au bord de l’étouffement, sur une situation, où l’on peut se demander à l’écouter si  notre bonne Ville de Mont Saint Aignan n’est pas tout simplement au bord du gouffre !...

Sur le fond, il est essentiel de reprendre les éléments du rapport.

Il est écrit page 4 : « les critères d’une situation saine et équilibrée sont: une épargne brute positive, et une bonne capacité de remboursement ». Cette dernière est mesurée grâce à un ratio de référence sur la capacité de désendettement en nombre d’années. Pour Mont Saint Aignan, fin 2007, l’épargne brute est de plus de 2 ,5 millions d’€ et sa capacité de désendettement est égale à 5 ans (le rapport donne un seuil critique à 12 ans, et un seuil alarmant à 15 ans).

Concernant les emprunts, les projections de risque sont toutes écrites au conditionnel, pour l’unique raison qu’il n’y a, à ce jour, aucune incidence pour les finances de la ville. L’emprunt concerné a été réglé au même taux qu’en 2007 et le sera de la même façon dans les années à venir, si le Maire accepte la renégociation proposée par l’établissement bancaire.

Il est fait état de produits exceptionnels qui « fausseraient » l’affichage et gonfleraient les recettes en 2007… Rappelons simplement qu’il s’agit de règlements dûs à la Ville sur des budgets antérieurs. Ces recettes sont à inscrire en face de dépenses d’investissement ! Rappelons cependant que les recettes en 2006 s’élevaient à 17 507 145 € et à 18 424 482 € en 2007 (chiffres page 11 du rapport !).

Le rapport fait une projection des finances dite « au fil de l’eau » pour démontrer une dégradation de l’épargne sur quelques années en affichant des recettes augmentant moins vite que les dépenses. Ce constat est assez facile et le rapport n’amène pas grand-chose : si vous dépensez plus que vous gagnez, on sait quel est le résultat !...

La réduction des dépenses est aujourd’hui une nécessité. Il en va de même pour toutes les collectivités. L’Etat ne peut, en aucun cas, être le seul à réduire ses dépenses. Le rapport prévoit une augmentation des charges de personnel sur la durée du mandat, une baisse des recettes : pourquoi ? Rien n’est inéluctable.

Il revient à l’équipe actuelle et à elle seule, de prendre les bonnes décisions pour conduire les affaires de la Ville. Il est possible de ne pas augmenter les charges de personnel. Il est possible de trouver des recettes sur les quelques réserves foncières faites par l’ancienne majorité.

Alors oui, le Maire de Mont Saint Aignan doit prendre ses responsabilités sans pleurer.  Le temps des promesses électorales est terminé.

Doit-on rappeler que ses premières décisions ont été d’augmenter les indemnités des élus, de procéder à des recrutements avec des salaires plus élevés que ceux des anciens collaborateurs remerciés et enfin de renforcer son équipe de direction ? Ces charges s’inscrivent de façon pérenne sur toutes les années à venir.

A Mont Saint Aignan, comme dans toutes les villes de France on ne « rase pas gratis » ! Il faudra demain, être créatif, et mouiller sa chemise pour conserver une qualité de service rendue aux habitants sans alourdir encore la pression fiscale.

Personne ne sera dupe, il sera bien difficile de faire porter aux « élus d’avant », la responsabilité des choix politiques que la nouvelle équipe fera.

Les finances de Mont Saint Aignan sont loin d’être dans le rouge. Le rapport de la Trésorerie l’a écrit clairement. Car, là aussi, M. le Maire a oublié de dire que très régulièrement le Trésor Public a effectué des analyses et que jusqu’à la dernière faite en Mars 2008, les résultats étaient satisfaisants.

Le rapport est juste un non-évènement, un outil pour essayer déjà d’expliquer qu’il faudra augmenter les impôts pour faire face à un programme électoral irréaliste. Simplement, seuls les habitants de Mont Saint Aignan paieront l’addition.

 

Mercredi 29 octobre, Françoise Guégot a participé à la nouvelle commission spéciale de l'Assemblée Nationale chargée d'examiner le Projet de Loi relatif à "la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision".
Cette commission est présidée par Jean-François Copé et comprend 57 députés (32 UMP, 21 SRC, 2 GDR, 2 NC). Elle se réunira dans un calendrier serré pour préparer le projet de loi avant son examen en séance publique le 25 novembre prochain.

Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription