IMG 1140 Copie

Invitation 27 juin 2015

150330 CP Francoise Guegot

Le résultat du second tour des élections départementales confirme la défaite de la gauche et la victoire de tous nos candidats qui se sont engagés dans cette élection. C'est aussi la démonstration que l'UMP et le centre droit sont bien la seule alternative politique!

Cette victoire est celle de l'union, du message de vérité que nous avons porté ces derniers mois en allant à la rencontre de nos concitoyens.

Demain, c'est cette alternative qui gèrera une très grande majorité de nos départements.

Ce sera un enjeu considérable. De nombreux Français ont exprimé par leur vote ou leur absence de vote, leur incompréhension face aux politiques menées à la fois au niveau national mais aussi sur le plan local. Certains se sentent oubliés particulièrement dans nos territoires ruraux. Depuis bientôt trois ans, la majorité socialiste a divisé les Français et a détruit l'envie d'entreprendre. La situation économique est catastrophique.

Nous allons devoir réaliser des changements profonds si nous voulons rétablir la confiance avec nos concitoyens. Nous devrons avant tout respecter les engagements pris pendant cette campagne avec quelques priorités simples: contenir la pression fiscale, réduire l'endettement et recentrer les actions sur les compétences principales du Département à savoir les solidarités et les soutiens aux projets des communes, particulièrement celles situées en zone rurale.

En Seine Maritime, comme dans les 65 autres départements où nous allons diriger les exécutifs, nous devrons faire la preuve du respect de nos engagements par l'action. Le travail est immense et je suis confiante devant la détermination de nos nouveaux élus à œuvrer pour leur territoire

Françoise Guégot,
Députée de Seine-Maritime,
Secrétaire de la Fédération 76 de l'UMP

CP 19022015 FG VL

Mardi 17 février, le texte de loi pour la croissance et l'activité, dite loi "Macron" sera proposé au vote des députés à l'Assemblée nationale.

Je voterai contre ce Projet de loi qui, malgré son nom, est loin d'être un texte pour la croissance et l'activité.
Une nouvelle fois, ce texte est emblématique des contradictions internes à ce Gouvernement. Aucun élément concernant l'augmentation du temps de travail n'est sérieusement évoqué, la question de la gouvernance de l'assurance-chômage et de son financement n'est pas abordée. De plus, ce texte n'évoque ni la poursuite de la baisse du niveau des prélèvements obligatoires qui pèsent sur nos entreprises, ni la poursuite de la réforme du financement de la protection sociale. Concernant les professions juridiques, sous couvert de préoccupations économiques, la réforme risque de conduire à des déserts juridiques avec de graves conséquences sur l'emploi et l'accès au droit.
Cette loi n'est pas à la hauteur des enjeux. Elle ne propose pas un vrai projet de redressement de notre économie car elle ne répond pas aux défis de notre pays : la croissance, la dette que nous allons financer par un emprunt de 189 milliards, et notre déficit qui est de 85 milliards, bien au-dessus de la moyenne européenne!
Alors que la France connaît une stagnation de l'emploi et un chômage historiquement élevé, le texte ne propose que des mesurettes comme l'ouverture des commerces une douzaine de dimanches par an, la libéralisation des transports en autocars et le permis de conduire aux agents de la Poste ! Autant de dispositions qui seront loin de suffire à libérer le travail dans notre pays, relancer la croissance et faire reculer le chômage !

J'étais présente hier soir au Bureau Politique de l'UMP. Très étonnée des nombreux commentaires entendus de toute part, je me devais de réagir.

Le raccourci qui est fait, sur le soi-disant désaveu du président de notre mouvement Nicolas Sarkozy, est une erreur de jugement et d'interprétation de tous ceux qui n'ont rien compris à la façon dont il a mené les débats.
A l'UMP, si nous avons quelques divergences, les valeurs portées par notre famille sont très claires et le débat que nous avons eu hier soir nous a permis de rappeler, sans aucune voix discordante, que « le Front National doit être combattu avec la plus grande fermeté ».
Nous n'avons rien en commun avec un parti qui :
- défend une sortie de la zone Euro, qui nous conduirait irrémédiablement vers une catastrophe économique,
- fait croire, par populisme, que l'immigration est la raison de tous nos maux, et monte les Français les uns contre les autres,
- défend un retour à la retraite à 60 ans comme l'extrême gauche,
- porte une politique familiale qui renverrait immanquablement les femmes dans leur foyer!
- a permis en 2012, l'élection de François Hollande.
Nous avons aussi acté lors de ce bureau politique, et de façon unanime :
- la responsabilité de notre mouvement est d'apporter désormais des réponses fortes au profond malaise qu'expriment les Français comme d'autres en Europe, en portant tant de suffrages sur les extrêmes.
- l'UMP doit repenser de fond en comble son projet pour l'adapter à la gravité de la situation, sa façon de faire de la politique, ainsi que le processus de sélection de ses candidats.
- le Congrès fondateur du nouveau parti apportera ces réponses au Printemps.
Les membres du BP, les parlementaires et probablement nos militants ont en grande majorité exprimé l'idée que nous ne pouvions pas soutenir un candidat qui rejoindrait les bancs d'une majorité mise en place sous la Présidence de François Hollande, qui conduit la France dans une impasse économique, sociale et politique aux effets catastrophiques. Une majorité que nous combattons jour après jour depuis plus de deux ans.
Dans un esprit de rassemblement, de respect des sensibilités, Nicolas Sarkozy a présenté deux textes qu'il avait lui-même rédigés. Le 1er texte confirmant la doctrine du « ni/ni », en vigueur depuis 2011 a été adopté avec 22 voix contre 19 en faveur du second texte de synthèse sur la « liberté de vote ». Les deux textes ont été débattus, sans invective et de manière constructive. Celui qui a été adopté est tout autant le sien que celui qui ne l'a pas été.
Sa façon de mener le débat était courageuse, respectueuse de tous et nous permet de préparer l'avenir de notre mouvement sereinement.
J'ai personnellement voté pour le second texte, laissant la liberté aux électeurs du Doubs de choisir quoiqu'il en soit leur nouveau député et sans tenir compte de consignes de vote d'où qu'elles viennent. Il était par contre essentiel que notre famille politique se pose les vraies questions et soit en capacité de s'atteler demain à l'essentiel: proposer un projet crédible d'alternance pour notre pays. C'était l'enjeu de ce bureau politique et c'est ce qu'a réussi à faire notre Président.

Françoise Guégot
Députée de Seine-Maritime
Secrétaire Départementale UMP76
Secrétaire Nationale UMP

Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription