Nous, députés et sénateurs de l’UMP, appelons Alain Juppé à organiser à la tête de l’UMP une direction collégiale pour sortir notre mouvement de la situation dans laquelle il se trouve.

 

Le président de la Commission d’organisation et de contrôle des opérations électorales (COCOE), P. Gélard a reconnu  aujourd’hui une erreur matérielle qui rend incomplets les résultats de l’élection du Président de notre mouvement :en effet les résultats de 3 fédérations n’ont pas été comptabilisés par la COCOE.  1304 militants ont ainsi été privés de leur vote. Cette grave  erreur matérielle  conduit à inverser les résultats du scrutin.

 

Nous ne demandons pas qu’un candidat ou un autre soit déclaré vainqueur. Compte tenu de l’écart minime de voix, seule une collégialité derrière le fondateur historique de l’UMP nous paraît de nature à permettre la sortie de crise de notre mouvement.

Parlementaires signataires de l’appel

Charles de la Verpillère

Gérard Deriot

Jean-Pierre Leleux

Louis Negre

Colette Giudicelli

Bernard Brochand

Charles-Ange Ginesy

Jean-Claude Guibal

Jean Leonetti

Christian Estrosi

Bérengère Poletti

Benoît Huré

François Baroin

Yann Gaillard

Alain Marc

Guy Teissier

Valérie Boyer

Alain Marleix

Elisabeth Morin Chartier

Dominique Bussereau

 

Rémi Pointereau

Camille de Rocca Serra

Rémi Delatte

Alain Cadec

Alain Lamassoure

Marcel Bonnot

Annie Genevard

Franck Gilard

Philippe Paul

Gérard Cesar

Dominique de Legge

Gilles Lurton

Isabelle Le Callennec

Louis Pinton

Claude Greff

Michel Savin

Jean-Marie Sermier

Jacques Pelissard

Dino Cinieri

Paul Salen

Jean-Pierre Vigier

Christophe Priou

Eric Doligé

Serge Grouard

Jean-Noël Cardoux

Marianne Dubois

Catherine Deroche

Michel Piron

Christophe Béchu

Jean Bizet

Philippe Bas

Philippe Armand Martin

Bruno Sido

Charles Guene

Guillaume Chevrollier

Gérard Longuet

Anne Grommerch

François Grosdidier

Jean-René Lecerf

Tokia Saïfi

Thierry Lazaro

Eric Woerth

Caroline Cayeux

Véronique Louwagie

Jean-Claude Lenoir

Marie-Thèrése Sanchez Schmidt

Patrick Hetzel

Frédéric Reiss

Sophie Rohfritsch

Francis Grignon

Esther Sittler

Michel Sordi

Arlette Grosskost

Jean-Louis Christ

François-Noël Buffet

Bernard Perrut

Nora Berra

Elisabeth Lamure

Michel Terrot

Jean-Patrick Courtois

Arnaud Danjean

Marcel-Pierre Cleach

Jean-Pierre Chauveau

Roland Du Luart

Dominique Le Mener

Hervé Gaymard

Dominique Dord

Michel Dantin

Jean-Pierre Vial

Bernard Accoyer

Lionel Tardy

Pierre Herisson

Philippe Goujon

Jean-François Lamour

Bernard Debré

Pierre Lellouche

Françoise Guégot

Charles Revet

Guy Geoffroy

Alain Gournac

Sophie Primas

Gérard Larcher

Georges Ginesta

Hubert Falco

François Trucy

Jean-Michel Couve

Jean-Pierre Giran

Geneviève Levy

Jean-Sébastien Vialatte

Alain Milon

Bruno Retailleau

Alain Leboeuf

François Vannson

Michel Heinrich

Véronique Mathieu

Henri de Raincourt

Pierre Bordier

Jean-Jacques Guillet

Patrick Ollier

Jacques Gautier

Isabelle Debré

Philippe Dallier

Catherine Procaccia

Christian Cambon

Jacques-Alain Benisti

Jérôme Chartier

 

Hugues Portelli

Philippe Houillon

Louis Constant Fleming

Alain Houpert

Daniel Laurent

Natacha Bouchart

Jean-Paul Gauzes

Marie-Luce Penchard

 



 

Les militants de notre famille politique invités par Françoise Guégot avaient réservé un accueil extraordinaire à François Fillon et Valérie Pécresse, venus à leur rencontre dans le cadre de la campagne pour l’élection à la présidence de l’UMP.

Un grand moment de mobilisation à l'Espace Guillaume le Conquérant plein à craquer de militants enthousiasmés.

Porte-parole de François Fillon dans cette campagne, Françoise Guégot a prononcé un discours d’introduction pour un rassemblement uni et exemplaire derrière le candidat Fillon. « L’homme qui, pendant cinq ans aux côtés de Nicolas Sarkozy, a fait preuve d’un courage remarquable au service de notre pays. François Fillon est un homme d’Etat, il saura rassembler les Français autour de l’UMP pour engager le combat du redressement national. Je suis fière d’être son porte-parole dans cette campagne et il peut compter sur la mobilisation des militants de Seine-Maritime. Ensemble, nous serons les militants de la France ! »

François Fillon a ensuite pris la parole pour une longue et passionnante intervention de plus d’une heure. Sans note, le discours d’un homme déterminé et courageux pour définir notre pacte national a conquis l’assemblée. L'allocution de François Fillon s'est terminée sous un tonnerre d'applaudissements et par le chant de l'hymne national.
Le premier Ministre, Valérie Pécresse et Françoise Guégot se sont prêtés ensuite à un long moment d'échanges en direct, et les flashes ont crépité pendant le verre de l'amitié!


Le message républicain de François Fillon, pour l'UMP et pour la France : Notre Pacte National

Pour moi, tout commence à l’Ecole : c’est là que l’égalité des chances se joue, que le sentiment national se forge, que les valeurs civiques se transmettent.
L’Ecole des socialistes, nous la connaissons, hélas ! C’est l’école des idées reçues et des fatalités acceptées. Celle où l’on parle de plus en plus de pédagogie et de moins en moins du contenu des enseignements. Celle où l’on prétend lutter contre l’échec scolaire tout en dénonçant dans chaque réussite un danger d’élitisme. Celle où la violence est un fléau mais où la discipline reste un tabou.

L’Ecole doit demeurer un espace préservé. La discipline doit assurer la sécurité des élèves et le respect des professeurs ; les familles qui n’assument pas leurs devoirs éducatifs doivent être mises en garde et, le cas échéant, sanctionnées ; et si certains éléments continuent obstinément à perturber la vie de leur établissement, leur exclusion définitive doit être prononcée.

L’Ecole doit avoir pour premier objectif la transmission des savoirs. Elle ne doit ni se disperser ni abaisser son niveau d’exigence. Je veux redire notre volonté de garantir la maîtrise des savoirs fondamentaux à l’entrée en sixième, grâce à un test d’évaluation et à la création au collège de classes de soutien pour les élèves qui en ont besoin.

La République, c’est le droit pour chacun de vivre en sécurité. Nicolas Sarkozy avait su remobiliser les services de l’Etat pour faire reculer la délinquance. L’activisme de l’actuel Ministre de l’Intérieur ne peut masquer l’amateurisme qui caractérise les annonces de la ministre de la Justice. Je milite pour une politique de fermeté, mobilisant l’ensemble de la chaîne policière et judiciaire autour de cette exigence fondamentale qu’aucun délit ne doit rester impuni.

Loin d’être supprimées, les peines planchers doivent être généralisées à tous les délits. Une peine ne valant que si elle est exécutée, il faut revenir à l’objectif de construire 80.000 places de prison et il faut interdire toute libération conditionnelle avant que le prévenu n’ait effectué les deux tiers de sa peine. L’aménagement systématique des peines que propose le Gouvernement Ayrault conduit irrémédiablement à l’injustice pour les victimes, à l’impunité pour les délinquants et à l’augmentation du risque de récidive pour la société.
Il faut tracer clairement la ligne entre ce qui est permis et ce qui est interdit. La légalisation du cannabis et les «salles de shoot» constituent une tragique démission politique et morale. C’est une guerre à la drogue qu’il faut mener, et pour la mener il faut sanctionner durement les dealers et soigner les drogués qui sont rendus malades d’empoisonnement. Ouvrir des salles de shoot, c’est être complice de leur autodestruction et c’est créer des lieux qui seront cernés de trafiquants qui viendront chercher leurs proies.

La République, c’est enfin la volonté de former une seule Nation. Pour moi, au-delà des origines ou des croyances, une chose compte, une chose essentielle et non négociable : c’est l’amour de la France et le respect de la République. Communautarismes, intégrismes religieux, mépris de la nation et de ses règles : l’UMP doit être implacable à l’égard de ceux qui disloquent notre unité et notre fraternité.


Je veux une immigration strictement maîtrisée en fonction de nos possibilités économiques parce que c’est la condition d’une intégration réussie. Je propose que le Parlement fixe chaque année le nombre de migrants accueillis en France et je veux que chacun d’entre eux démontre sa volonté d’adhérer à notre pacte.


Je veux une laïcité forte. C’est pour cela que, ministre de l’Education nationale, j’ai mis en œuvre la loi interdisant les signes religieux à l’école, et qu’en tant que Chef du Gouvernement, j’ai soutenu la loi d’interdiction de la burqa. En France, femmes et hommes ont les mêmes droits. En France, toute religion est respectable mais aucun culte ne doit pouvoir prétendre se placer au-dessus des autres ou au-dessus de la loi.


Je suis fermement opposé au vote des étrangers, car la citoyenneté n’est pas à géométrie variable. Elle doit exprimer l’adhésion profonde à la France. C’est pour cela que je propose que les enfants nés en France de parents étrangers n’acquièrent pas la citoyenneté de manière automatique, mais s’ils en font la demande. Devenir Français, ce doit être l’expression d’un choix de raison et de cœur.

Nous devons enfin combattre toutes les formes de discriminations, parce qu’elles sont la négation de la République et parce qu’elles font le lit du communautarisme. Ceux qui rejoignent et aiment la France, la France est prête à les aimer car c’est ainsi que depuis des siècles notre patrie s’est agrandie.

L’unité nationale est notre bien le plus précieux, mais ce bien est fragile. Il faut rassembler notre peuple en évitant de le diviser sur des sujets vitaux et sensibles. Droit de vote aux étrangers, mariage homosexuel, dépénalisation du cannabis… le Gouvernement joue avec le feu. Avec vous, je veux lui faire barrage !


En ces temps difficiles, chacun doit se demander ce qu’il peut faire pour notre pays plutôt que le contraire. La France est une belle et grande nation, mais cette grandeur n’existe pas sans civisme et patriotisme.

 





COMMUNIQUE DE PRESSE


La décision du Tribunal de Commerce de liquider la raffinerie Petroplus est une terrible déception pour les 500 salariés et je tiens à les assurer de tout mon soutien.

Je salue des efforts considérables de la Direction et de l’Intersyndicale qui se battent, seules, depuis plusieurs mois, pour chercher un repreneur. Alors que l’ancien ministre Eric Besson avait rencontré à dix reprises, entre Janvier et Avril dernier, les représentants des salariés, que des moyens exceptionnels, techniques, financiers, législatifs, avaient été mobilisés, l’attentisme mou du Ministre du Redressement productif est déplorable ! Alors que tout doit être tenté, j’appelle à la mobilisation sans délai du gouvernement et du Président de la République, il en va de l’avenir de centaines de familles et de la pérennité de notre filière industrielle.

Françoise Guégot


François Fillon sera à Bois-Guillaume le mardi 30 octobre pour rencontrer les militants de la Seine-Maritime.
Engagée à ses côtés, et porte-parole nationale pour sa campagne à la présidence de l'UMP, je suis très heureuse de l'accueillir sur ma circonscription.

Je compte sur vous pour qu'ensemble nous lui réservions le meilleur accueil!

Très fidèlement,

Françoise Guégot


(Cliquez sur l'image pour ouvrir l'invitation en format pdf)


Françoise GUÉGOT

Députée de Seine-Maritime

 

Chers amis,

J’ai le plaisir de vous convier à participer à une soirée de rentrée qui aura lieu :

mercredi 12 septembre 2012 à 19h

à la Salle des fêtes de Saint-Martin-du-Vivier

1345, route de la vallée

 

Ce sera l’occasion de nous retrouver pour aborder les grands dossiers structurants de notre Département (Axe Seine, LGV, Contournement est …), et d’échanger sur les échéances de notre Mouvement (Election du Président et renouvellement de nos instances).

Bien sûr, nous aurons le plaisir de partager un moment convivial autour d’un apéritif.

Comptant sur votre présence, je vous prie de recevoir chers amis, l’assurance de mes sentiments fidèles et amicaux.

                                        

Merci de confirmer votre présence par mail (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ou en appelant ma Permanence au 02.22.51.01.39 ou 06.89.79.53.47

cliquez ici pour télécharger l'invitation

 

 

 

Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription