MME Françoise GUEGOT: " Je me réjouissais à la perspective du passage de la flamme olympique à Paris qui devait être l'occasion d'honorer les sportifs français désignés pour le relais et de faire souffler, avant, l'heure, l'esprit olympique à Paris. J'éprouve un réel malaise, je suis déçue et interpelée par ce que s'est passé lundi. Le président du CIO l'a dit, la violence n'est pas compatible avec les valeurs olympiques. Quelle triste image que celle d'une flamme escortée par des policiers et mise à l'abri dans un bus!
Le but de l'olympisme est de mettre partout le sport au service du développement harmonieux de l'homme, dans le but d'encourager une société pacifique, respectueuse de la dignité humaine. Oui, la France est la patrie des droits de l'homme, et elle ne saurait dénier à des citoyens, militants d'un jour ou d'une cause, le droit d'exprimer pacifiquement leur opposition à certains aspects d'un régime politique étranger.
Ma question est simple: comment nos athlètes pourront ils participer dans les meilleurs conditions aux Jeux Olympiques après les évènements de ce 7 avril?"

MME Roselyne BACHELOT: " Je partage votre déception. Il faut savoir que le passage de la flamme relevait du comité d'organisation des Jeux Olympiques de Pékin, et que c'est celui-ci qui a décidé son isolement, son extinction et des modifications répétées de son itinéraire. Les autorités françaises se sont trouvées dans l'obligation de s'adapter en temps réel à ces modification. Il faut d'ailleurs saluer la réactivité de la préfecture de police qui est parvenue, dans des conditions particulièrement difficiles, à préserver l'ordre public et la flamme.
Je ne peux que regretter le gâchis de ce qui aurait dû être la fête du sport. Les sportifs français qui assuraient le relais de la flamme ont, en effet, été pris à partie de manière inqualifiable. Ils en ont été bouleversés car ils s'étaient longuement préparés à cet évènement et que c'était l'occasion pour eux de porter les valeurs de l'olympisme que sont la tolérance et la fraternité.
Pour ce qui est de la position du Gouvernement français sur la question tibétaine, le Ministre des affaires étrangères a dit ce qu'il convenait de dire en rappelant, sans démagogie, l'attachement de notre pays aux valeurs de l'humanisme."

Lors de la réunion de la Commission des affaires culturelles, sociales et familiales, Françoise Guégot a jugé "que le document sur Les nouveaux programmes de l'école primaire soumis à consultation est fort intéressant. Il est à ce propos impérativement nécessaire que ces programmes soient compréhensibles pour les parents car il en va du lien social. Par ailleurs, la semaine de quatre jours permet aussi aux familles de se rapporcher, notamment pour les familles mono parentales.
Contrairement à ce que prétendent certains, le niveau a globalement baissé dans l'ensemble des items, comme le montre l'étude comparative portant sur les résultats observés en 1987 et en 2007. L'école de la République doit donc plus que jamais favoriser l'égalité des chances et modifier ses programmes à partir des fondamentaux.
Enfin, s'il est nécessaire de faire sa part à l'innovation et à l'expérience dans les formations scientifiques, l'ingénieur que je suis peut vous assurer que la connaissance des fondamentaux est première."

Lors de la réunion de la Commission des affaires culturelles, sociales et familiales du 1er avril 2008, Françoise Guégot a souligné "l'importance des chantiers complémentaires à la loi sur l'autonomie des universités, notamment celui du statut des personnels de l'enseignement supérieur. il faudra poursuivre dans cette voie et avancer avec l'ensemble du corps enseigna sur la question de l'autonomie, en particulier sur la gestion du personnel. Ayant participé à la commission de réflexion sur les personnels de l'enseignement supérieur présidée par M. Rémy Schwartz, elle a témoigné de l'attente du personnel sur les questions de représentation."
"La question des violences faites aux femmes et notamment des violences conjugales, est un sujet dramatique. les statistiques sont effrayantes: une femme tous les trois jours meurt sous les coups de son compagnon" a déclaré jean François Copé, qui a missionné Françoise GUEGOT et deux de ses collègues UMP afin d'évaluer, notamment, les premiers résultats de la loi de 2006.
Après de nombreuses auditions, ceux-ci devront rendre leurs conclusions dans quelques semaines...
Françoise Guégot a fait partie d'une délégation de députés au Moyen Orient.
Au programme, de nombreuses rencontres avec des décideurs économiques et politiques de la Jordanie, d'Israel et de Palestine.
Extrêment enrichissante, cette mission a permis de mieux appréhender les relations complexes dans cette partie du monde et surtout à quel point la conférence de paix d'Annapolis est source d'espoir pour l'ensemble des participants.

Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription