Monsieur le Président, Mes chers collègues,

Je commencerai par condamner ce projet de loi : précipitation inutile, aucune volonté de simplification pourtant attendue par les Français, prétexte pour retarder des échéances électorales qui conduiraient assurément la majorité vers une nouvelle défaite !

Mais ce qui est plus grave, c’est que ce texte  n’est pas une réforme territoriale puisqu’il ne simplifie en rien, le mille-feuille selon un principe qui pourtant serait simple : une collectivité, une compétence, un impôt !

Maintenant puisque nous devons nous limiter à débattre sur une carte et des capitales régionales, je concentrerai mon propos sur la future région qui concerne un territoire que je connais bien : La Normandie. Contrairement à d’autres, le rapprochement de la Haute et Basse Normandie, n’a pas dû être très difficile à dessiner,  même sur un coin de table !

La réunification de la Normandie a une réalité historique, culturelle et humaine. Avoir constitué deux régions il y a 60 ans était une erreur. Mais croire qu’il suffit d’un nouveau périmètre pour faire de deux petites régions une grande serait aussi une grave erreur. Ce constat peut d’ailleurs valoir pour toutes les autres nouvelles régions en construction.

Quinze géographes des 3 universités normandes ont lancé, il y a quelques semaines le débat suivant : « inventer la métropole normande ». Je reprendrai quelques-uns de leur propos qui me paraissent justes et qui peuvent concerner bien d’autres territoires.

Premièrement inventer ne veut pas dire autoproclamer. Que ce soit la proximité des trois agglomérations de Caen, Le Havre et Rouen entre elles ou la proximité de Paris, il faut tirer avantage de cette proximité et ne pas la subir. Deuxièmement, la priorité c’est la mobilité, les réseaux et les connexions. Fluidifier, intensifier les échanges de personnes, de biens matériels et d’immatériel est une des sources majeures d’accroissement de vitalité, de dynamique et d’attractivités des trois villes. Ce n’est pas une addition, c’est une multiplication. Cela vaut partout dans le monde….

L’ensemble Caen, Rouen, Le Havre en matière de transport et de logistique, mesuré en emploi était, il y a quelques années, équivalent à Marseille. Aucune discussion sur la Normandie et sa métropole ne peut omettre la question fondamentale du transport de marchandises vers et de la mer.

C’est l’enjeu de la place du port de Paris à regagner sur les ports belges et au bord du principal couloir maritime mondial.

Dans un autre domaine, celui de la formation et de la recherche, la Communauté universitaire se construit, non sans difficultés mais des dispositifs comme les écoles doctorales  sont communes aux trois universités, après la création du PRES. La circulation des étudiants et des universitaires s’améliorent.

Je citerai enfin l’ODIA, Office de diffusion et d’information artistique de Normandie qui opère sur l’ensemble du territoire normand au niveau culturel et  l’EPFN, Etablissement Public Foncier de Normandie, qui est un instrument précieux pour les projets d’aménagement en matière de maitrise foncière.

La Normandie a bien une réalité qui n’a pas attendu ce projet de loi pour exister. Mais pour devenir une grande région, il lui faudra des moyens substantiels pour améliorer ces échanges : infrastructures de télécommunication, routières et ferroviaires.

Pourtant depuis deux ans, les projets importants sont au point morts : la ligne nouvelle SCNF Paris- Normandie, la nouvelle gare de Rouen, le projet de l’Axe Seine avec la place des ports de Rouen et du Havre…Il y a hélas, une fois de plus, un fossé entre vos discours et vos actes !

En conclusion, ce projet de loi présenté dans la précipitation ne règlera aucun des enjeux économiques que tous les Français attendent : créer de l’emploi, améliorer la formation des jeunes, faire face pour nos entreprises à la compétitivité mondiale.

Alors oui, bien sûr, je défens l’idée d’une seule Normandie mais comme beaucoup d’entre nous, je ne suis pas dupe : votre réforme est un leurre, un affichage électoraliste pour vous exonérer d’une vraie réforme de fond. Il ne peut pas y avoir d’économie réelle bien au contraire. Pour affecter les moyens, là où ils sont nécessaires, il fallait clarifier les compétences et les responsabilités de chaque collectivité. Hélas, nous en sommes en loin !

Je vous remercie.  

 

Adhésion ou réadhésion nécessaire avant le 30 juin !

Chers amis,

Après une période de crise particulièrement grave, l'UMP a ouvert une nouvelle page de son histoire.

La solution d'une direction transitoire des 3 anciens Premiers ministres avec Luc Chatel assumant le secrétariat général sous leur autorité, adoptée mardi à l'unanimité par le Bureau politique, doit permettre de redonner de la stabilité à l'UMP.

François Fillon, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin vont s'atteler à résoudre les difficultés, notamment financières, auxquelles l'UMP doit faire face, et à organiser le Congrès qui permettra d'élire le nouveau Président de l'UMP au plus tard en novembre prochain.

Pour pouvoir participer à ce Congrès, et faire entendre votre voix dans la désignation du futur Président de l'UMP, il est important que vous adhériez ou réadhériez à l'UMP avant le 30 juin.

Je vous encourage à réadhérer avant le 30 juin, et à aller à la rencontre des anciens adhérents que vous connaissez, qui se sont éloignés de l'UMP ces dernières années, pour les inviter à reprendre leur carte.

Je compte sur vous, dans cette étape particulièrement cruciale, pour défendre nos valeurs !

Bien amicalement,
Françoise Guégot

Le 26 mai, Jérôme Lavrilleux, tête de liste UMP aux élections européennes pour notre région Nord-Ouest, avoue devant des millions de Français avoir commis des fraudes. Sa coresponsabilité dans l'affaire dite « Bygmalion » est grave. Les charges susceptibles d'être retenues contre lui sont : financement illégal de campagne, favoritisme et détournement de fonds, faux et usage de faux, usurpation d'identité, abus de confiance et abus de bien social. Le parti, les militants, les électeurs ont été trompés. Ils sont nombreux à me faire part aujourd'hui de leur indignation.

A ce sentiment de dépit s'ajoute un gout amer d'injustice. Jean-Paul Gauzès, Député Européen depuis 2004, 3ème sur la liste UMP, n'a pas été élu. Or, ses compétences sont reconnues, son intégrité est exemplaire. Sans Jean-Paul Gauzès au Parlement Européen, la France perd une voix qui porte. Coordinateur des députés du PPE à la Commission des affaires économiques et monétaires, il fait partie des députés européens les plus influents au sein de l'institution.

Je n'imagine pas une seconde que Jérôme Lavrilleux puisse ne pas démissionner. Cette démission permettra de rendre sa légitimité à Jean-Paul Gauzès, et de rendre justice aux électeurs qui ont portés leur vote sur la liste UMP.

Si la situation ne change pas d'ici là, je porterai la voix de tous ces militants désabusés le 10 juin prochain, lors de la réunion du Bureau Politique de l'UMP, dont je suis membre statutaire. Cette situation est indéfendable. C'est une question d'éthique, de crédibilité qui déterminera l'avenir de notre mouvement.

Françoise Guégot

... un scénario qui ne règle rien au mille-feuille territorial et aux compétences croisées ...

fusion-regionsLe Président de la République vient de communiquer une nouvelle carte de France avec 14 régions. Si dans le principe, j'approuve la constitution de nouvelles entités plus fortes et mieux visibles à l'échelle européenne, je m'étonne comme beaucoup que cette carte ne soit pas issue d'une concertation.

Mais surtout, elle n'apportera aucun éclaircissement sur le mille-feuille territorial avec ses compétences croisées. Il n'y aura donc aucune économie réelle, aucune optimisation des moyens publics.

Cette proposition fait l'impasse sur la suppression des départements. Le gouvernement explique en effet, qu'une telle réforme nécessitera au moins 3 ans. Certes, les questions essentielles de la répartition des compétences et du transfert des personnels ne peuvent se régler en quelques semaines. Alors pourquoi cette précipitation ?

En 2012, le gouvernement abroge la réforme territoriale visant à rapprocher la région et les départements avec la création du conseiller territorial. En 2013, il fait voter la création de nouveaux cantons avec un duo de conseillers généraux par canton. Début 2014, il annonce la suppression des départements. Juin 2014, la réforme concernant les départements est repoussée aux calendes grecques et c'est la fusion de certaines régions qui nous est proposée. Quel cafouillage et quelle perte de temps!

L'objectif inavoué n'est-il pas tout simplement de reculer les échéances électorales de 2015 que les socialistes craignent plus que tout ?

Le débat parlementaire s'ouvrira dans quelques semaines. J'y prendrai toute ma part et je soutiendrai cependant la constitution d'une seule Normandie que nous attendons depuis bien longtemps.

Mais il est grand temps qu'une grande réforme de l'organisation de nos territoires se mette en place. Qui fera quoi demain et avec quels moyens? Aujourd'hui aucune loi ne permet de répondre à cette question et celle concernant les régions n'améliorera en rien la situation actuelle. Elle donnera tout au plus un pouvoir accru aux exécutifs régionaux avec tantôt, un pouvoir amplificateur à une majorité nationale, tantôt un contre-pouvoir.

Ce n'est sûrement pas ce que les Français attendent...

Françoise Guégot
Députée de Seine-Maritime

contournement-estLancement de la concertation

Le projet de contournement Est de Rouen - liaison A28/A13 - constitue un enjeu majeur pour notre Région. Ce projet, très attendu depuis de nombreuses années par les collectivités territoriales et par les partenaires socio-économiques, contribuera à la décongestion et à l'amélioration de la sécurité sur les voies pénétrantes de Rouen et s'inscrit dans la dynamique de développement de la Vallée de Seine.

Convaincue de la pertinence de ce projet, qui impacte très fortement le territoire de ma circonscription, j'ai participé activement aux travaux du Comité de Pilotage pour la réalisation de cette infrastructure dont l'inscription au Schéma Directeur d'Aménagement et d'Urbanisme de l'Agglomération de Rouen remonte à 1972 !

La variante préférentielle retenue pour le Contournement Est doit aujourd'hui faire l'objet d'une concertation avec le public sous l'égide d'un garant, nommé par la CNDP (Commission nationale du débat public).

Cette concertation qui se déroule du 2 juin au 12 juillet 2014, doit permettre de recueillir l'expression du plus grand nombre et fait l'objet d'une large information du public.

Documents d'information à télécharger :

Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription