La mission d’information sur la réforme du Lycée présidée par Yves Durand, député du Nord, et confiée par la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale comptait 11 députés dont Françoise Guégot. Son rapporteur, Benoist Apparu, député de la Marne, a présenté le 27 mai les propositions de la mission.

Objectif : répondre aux critiques relatives à l’organisation actuelle des études au lycée général et technologique, qui a pour effet de sélectionner les lycéens par défaut, en fonction de filières et mieux préparer à l’enseignement supérieur. Parmi les 30 recommandations, on peut notamment retenir :
  • Faire du lycée général et technologique une étape intermédiaire, conduisant 50 % d’une classe d’âge à un diplôme de l’enseignement supérieur et s’insérant dans le cursus scolaire et universitaire de la façon suivante : le primaire et le collège seraient regroupés pour former un cycle de 9 ans, la seconde générale et technologique serait un sas de découverte et de détermination, un nouveau cycle de quatre/cinq ans pourrait être créé, composé de la première, de la terminale du lycée générale et technologique et de la licence, un cycle de deux ou trois ans rassemblerait les diplômes du master et du doctorat.
  • Passer de la seconde « tri sélectif » à une vraie année de détermination avec un tronc commun, quatre modules de spécialisation, dont deux obligatoires et deux au choix, et un accompagnement et faire du cycle terminal (première et terminal) un temps de spécialisation progressive.
  • Réduire l’horaire du lycéen à trente-cinq heures par semaine, « toutes taxes comprises », dont trente heures pour le tronc commun, les enseignements de spécialisation et l’accompagnement et cinq heures de « travail à la maison » mais organisées au lycée.
  • Tirer les conséquences de la nouvelle organisation du temps scolaire en refondant les programmes, notamment par le recours à des points de convergence entre les disciplines.
  • Engager la réforme du baccalauréat, celle-ci étant inséparable de la rénovation du lycée. Il conservera son caractère d’examen national avec cinq épreuves terminales (épreuve anticipée de français, philosophie, histoire-géographie et deux épreuves de la spécialisation) et un contrôle en formation pour les autres matières (langue vivante 1, langue vivante 2, éducation physique et sportive et autres enseignements).
  • Réserver 50 % des places en institut universitaire de technologies aux bacheliers technologiques et permettre à ceux-ci de suivre, en début de première année, un sas méthodologique d’un mois pour les mettre en capacité d’affronter la concurrence exercée par les bacheliers généraux.
C’est mardi dernier 2 juin, que Richard Descoings, directeur de sciences Po, missionné par le Président de la république, a rendu lui aussi son rapport. Un rapport qui propose le rééquilibrage des filières générales, la réhabilitation des voies technologiques et la maîtrise des langues. Le rapport Descoings fait apparaître l’orientation comme une des principales failles du système éducatif français.
Enfin, Martin Hirsch, haut commissaire à la Jeunesse, prône pour sa part l’instauration d’un « service public de l’orientation » doté d’un « véritable pilotage » pour coordonner la vingtaine de réseaux nationaux d’orientation qui avancent en ordre dispersé.

Un contexte qui présage tout l’intérêt de la mission qui vient d’être confiée à Françoise Guégot sur la mise en place des dispositifs d’orientation, par Christine LAGARDE, Ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, et de Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à l’emploi, en charge de la réforme de l’orientation et de la formation professionnelle. Une mission qui l’amènera avant la fin de l’année, à faire part au Gouvernement de ses propositions pour permettre un développement harmonieux d’une politique publique d’orientation professionnelle. 

Pour accéder au rapport parlementaire de Benoit Apparu: cliquer ici 

Pour accéder à la synthèse du rapport de Richard Descoings: cliquer ici




Le secteur laitier en crise
 
Le marché du lait connaît depuis plusieurs semaines une grave crise. La baisse du prix du lait collecté de 30% ajouté à la hausse des charges des agriculteurs de 25% a provoqué la colère légitime des producteurs français. Il est désormais vital pour la profession de trouver rapidement un remède à cet épineux problème qui touche spécifiquement la France, 2ème pays producteur de lait européen, avec environ 88 000 exploitations laitières.
Conscient de l’enjeu et de l’importance de la place de l’agriculture dans l’économie Française, le gouvernement n’a pas hésité à s’investir et a apporté plusieurs réponses adaptées, avec notamment le gel de la première hausse du quota national de 1% pour la campagne laitière qui a débuté le 1er avril 2009. Un autre exemple de l’action rapide du gouvernement est la réorientation de 1.4 milliards d’euros d’aides en faveur des productions structurellement fragiles, décision prise dès le 23 février 2009, avant même que la situation ne se dégrade.
Toutefois, la solution doit venir d’un accord entre industriels et producteurs. Les premières réunions n’ont pas permis une entente entre les deux parties, mais le gouvernement met une pression maximum pour que les  négociations aboutissent, et se fait force de proposition avec la mise en place d'un dispositif d’indice des prix, sur lequel pourraient s’appuyer les producteurs de lait et transformateurs. Il est insupportable que la paye du lait puisse être inférieure aux remboursements liés à cette activité! Dans ce domaine, le soutien du gouvernement et des députés de la majorité aux agriculteurs dans leur combat est sans faille, et nous espérons aboutir très prochainement à un accord satisfaisant pour tous.
Françoise Guégot

Café politique "Que fait l'Europe pour les jeunes?"

Plus de 50 personnes toutes générations confondues, ont répondu à l’invitation de Françoise Guégot et Grégory Manry hier soir 27 mai à Mont-Saint-Aignan pour un premier « Rendez-vous de la 2 ».

Un débat passionnant, en lien direct avec le projet de la Majorité Présidentielle et ses 30 propositions pour l’Europe,  exposé par son directeur de campagne Franck Riester, Député de Seine et Marne, Maire de Coulommiers, accompagné de Jean Delalandre, chargé de mission.

La construction européenne, le rôle majeur d’une Europe forte pour assurer la paix, la présidence française entre juillet et décembre 2008 et la France qui fait bouger les lignes… l’Europe qui retrouve son identité politique et son autorité…

… et l’Europe pour les jeunes ! Des jeunes qui ont pris volontiers la parole pour témoigner de l’extraordinaire richesse d’expériences vécues par les étudiants européens grâce au programme ERASMUS. Ce dispositif réservé aujourd’hui aux étudiants devra être ouvert très vite aux jeunes en apprentissage pour favoriser les embauches de tous dans les entreprises européennes... la création du Pass’Europe, favorisera les déplacements et l’accès au logement.
 

  

 Françoise en compagnie de Franck Riester, Grégory Manry
et Pierre-Simon Trezeguet, candidat sur la liste Nord-Ouest
conduite par Dominique Riquet
 
  

 

Harmoniser les cursus universitaires et délivrer des diplômes européens, agir pour la formation, pour l’harmonisation des diplômes, la certification de qualité de la formation professionnelle, la validation des acquis d’expérience et la maîtrise des langues vivantes… autant de propositions du projet de la Majorité présidentielle pour faire de l’Europe une réalité pour les jeunes générations, et mettre en œuvre une véritable politique européenne de la jeunesse.

télécharger le programme de la Majorité présidentielle:  sessions/data/fic/nord_ouest.pdf


Développer les Services à la Personne

l'UMP est engagée dans une nouvelle phase pour devenir le grand mouvement populaire moderne que les Français attendent. Le Mouvement Populaire doit être 100% utile à tous les Français.
Nous devons avoir des idées d'avance et être force de proposition sur tous les sujets.

L'équipe nationale de notre mouvement doit répondre à un double objectif: expliquer et soutenir l'action du gouvernement et du Président de la République, mais aussi dégager des idées neuves pour préparer les réformes de demain.

C'est dans cette perspective que Xavier Bertrand vient de confier à Françoise Guégot une mission sur le développement des services à la personne.
Rattachée au pôle « L'avenir des Français », piloté par Eric Besson, secrétaire général adjoint, Françoise Guégot va multiplier les contacts avec l'ensemble des corps intermédiaires dont l'activité est en lien avec cette thématique, ainsi qu'avec les principaux experts et spécialistes.

       
LES RENDEZ-VOUS DE LA 2
Elections européennes du 7 juin 2009
 
Françoise GUÉGOT
Députée 2ème circonscription de Seine-Maritime
 
Grégory MANRY
Suppléant
 
vous invitent à un café politique
 
" Que fait l’Europe pour les Jeunes ? "
 
en présence de Franck RIESTER
Député-Maire de Coulommiers
Directeur de campagne UMP pour les élections européennes
 
Mercredi 27 mai à 18h au "Midi-pile"
Place des Coquets à Mont-Saint-Aignan
 
Contact : Permanence Parlementaire en circonscription
648 chemin de la Bretèque - 76230 Bois Guillaume - Tél. 02 22 51 01 39 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription