journée mondiale de la maladie d’Alzheimer

Le 21 septembre, la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, marque une étape importante dans la mise en oeuvre du Plan Alzheimer, lancé en février 2008 par le Président de la République.
L’année 2008 a été l’année de la mise en route de toutes les actions du plan, avec l’élaboration des normes, recommandations, cahiers des charges en concertation avec les partenaires. En 2009, de nombreuses mesures innovantes démarrent concrètement sur le terrain.
Les premières « maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer » (MAIA) ouvrent leurs portes. Ces guichets orientent les personnes malades et leurs familles tout au long de la maladie pour leur proposer une prise en charge adaptée. 17 expérimentations sont en cours.
11 plates-formes de répit ont débuté leur activité. Elles offrent une variété de services tels que l’accueil de jour, le répit à domicile, la garde de nuit, l’hébergement temporaire, l’accueil familial, les séjours de vacances, les activités culturelles, physiques et artistiques, les ateliers de réhabilitation ou de stimulation
sensorielle.
40 équipes pilotes spécialisées « Alzheimer » dans les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) et les services polyvalents d’aide et de soins à domicile (SPASAD) se sont mises en place pour répondre aux besoins des malades et de leurs proches qui, dans leur immense majorité, plébiscitent le soutien à domicile.
En matière de recherche, le Professeur Philippe AMOUYEL, de l’Institut Pasteur de Lille, et ses équipes ont récemment découvert deux nouveaux gènes impliqués dans cette pathologie. Cette découverte a été financée dans le cadre du Plan Alzheimer et a été rendue possible par le suivi régulier de patients réunis
au sein de cohortes.
Grâce au plan, 54 projets de recherche pour plus de 24 millions d’euros sont en cours aujourd’hui. 36 nouveaux chercheurs ont été recrutés depuis un an et demi. Au plan européen, plus de 20 pays vont désormais allier leurs forces pour vaincre ce fléau dans le cadre de la programmation conjointe de la
recherche.
Au total, des mesures innovantes sont en cours d’expérimentation sur le terrain pour améliorer la qualité de vie des malades et de leurs familles. Elles se diffuseront ensuite sur le territoire national. Par ailleurs, la France fait avancer la recherche mondiale en restaurant sa compétitivité dans ce domaine

 



 

Agir, une nécessité et une responsabilité

Le Grenelle de l’Environnement a conduit à un constat partagé par tous : notre modèle de

développement économique, fondé sur l’illusion de ressources illimitées, n’est pas viable
sur le long terme. Il nous faut donc agir non seulement pour protéger l’environnement mais
aussi pour garantir une compétitivité durable de notre économie.
La première priorité est de réduire les émissions de gaz à effet de serre, pour contenir à 2°C
l’évolution moyenne de température de notre planète, d’ici à 2050.
La France s’est fixée un objectif de division par quatre des émissions de gaz à effet de
serre d’ici à 2050 dans le cadre du Grenelle de l’Environnement.
Cet objectif est partagé par
tous les pays de l’Union européenne, qui se sont engagés dans le cadre du Paquet Energie Climat
adopté en décembre 2008 lors de la Présidence Française de l'Union Européenne. Pour atteindre
cet objectif, les comportements sobres en carbone et en énergie doivent être encouragés.
La crise économique pourrait nous inciter à reporter notre action. Pour autant, reporter celle-ci
serait encore plus coûteux.
Lord Nicholas Stern a démontré que les dommages causés par le
réchauffement de la planète, en cas d’inaction pour les éviter, seraient 5 à 20 fois supérieurs aux
sacrifices que nos économies devraient supporter pour lutter contre l’effet de serre. Il nous faut
donc agir, et dès aujourd’hui.
La France utilise déjà des dispositifs permettant de lutter contre les émissions de gaz à effet de
serre. Quarante quatre mesures de fiscalité environnementale et de fiscalité énergétique ont
été votées en 2009
. Elles couvrent l’ensemble des programmes d’actions du Grenelle de
l’Environnement : logements neufs, bâtiments anciens, automobile, transports, énergies
renouvelables, etc…
Tous les pays de l’UE ont mis en place, dès 2005, un marché de quotas d’émission (ETS)
qui concerne les industries les plus fortement émettrices de CO2. Cependant, ce dispositif
ne concerne que 38% des émissions de CO2 de la France et ne constitue pas un instrument
adapté pour réduire les émissions des sources diffuses (bâtiments, transports).
En outre, les émissions des secteurs non couverts pas le système des quotas sont en forte
croissance : +15% entre 1990 et 2005 pour le chauffage des bâtiments et +22% pour les
transports.
Il est donc primordial de mettre en place des dispositifs incitant l’ensemble des acteurs -
entreprises, secteur public et ménages - à adopter des comportements plus respectueux de
l’environnement.

    pour en savoir plus...
 
 
Françoise est reçue par Monsieur Hulin, président de l'association des jardins familiaux à Mesnil Esnard, ici en compagnie et Serge Cramoisan, Maire et Philippe Leroy, conseiller général.  Petite leçon de botanique par Monsieur Hulin...
   
 Christian Lecerf, Maire, entouré de ses adjoints, a salué le dévouement et le dynamisme des responsables des associations de Darnétal. Un long moment d'échanges avec l'OD Football.
   
 Françoise, passionnée de plongée, s'entretient avec l'équipe des Hyppocampes de Darnétal.  ... et avec l'OD Basket, un club fier de voir son équipe de filles monter en régionales cette année!
Les jardins familiaux darnétalais ont exposé, cette année encore, un magnifique tableau de leur récolte. L'ASDB à Bois d'Ennebourg, une équipe de bénévoles dynamique et accueillante!
 
A Ymare, rencontre avec les responsables du tennis  Pratiquer le karaté, avec le sourire de Mustapha Adadi, président du MSA Karaté-do...
 
Mieux vivre avec le Yoga à Mont-Saint-Aignan  Ambiance toujours au beau fixe à Mont-Saint-Aignan, au Club du Plateau!


 

La Communauté de communes d'Argueil fête la Saint Hubert au Héron

Françoise a participé à la fête patronale de la "Com Com" d'Argueil, célébrée cette année dans la belle commune du Héron où Jean-Pierre Bisson, Maire , recevait avec un plaisir non dissimulé ses administrés et de nombreux maires de la communauté.
C'est dans la petite église du Héron nichée dans la forêt, où ont sonnés les cors de chasse "Les Echos de la forêt de Lyons", que fut célébrée la grand-messe de la Saint Hubert.
Après l'office, Monsieur le Maire recevait en la maison commune de très nombreux habitants et amis. Très aimablement, il remercia Françoise, au nom de tous ses administrés pour la subvention qu'elle a accordé au Héron, au titre de la réserve parlementaire, pour la construction de trois nouvelles classes.

 
La présentation faite par M. Fabius de la création de la plus grande communauté d’agglomération de France ne saurait dissimuler l’échec de constitution d’une véritable métropole, par la création d’une communauté urbaine avec un périmètre adapté et cohérent au bassin de vie du grand Rouen.

Cette grande agglomération, ce plan B de M. Fabius, constituée dans la précipitation avec des incohérences territoriales, dans un flou de gouvernance, et en absence de tout projet fédérateur a été adopté sans enthousiasme par les élus de la communauté de communes Caux-Austreberte.

Nous attendons toujours la clarification des compétences, de l’organisation et du projet commun. Quel sera le devenir des contrats d’agglo signés à grand renfort de publicité et dont on ne parle à aucun moment ? Quel sera le sort des personnels communaux et intercommunaux dont les services seront transférés à cette nouvelle structure?
La charte prévoyant la création de conférences locales intercommunales, sauf pour l’agglo de Rouen, rétablit de manière juridique « douteuse » les anciennes structures intercommunales. POURQUOI ?
Lors de la conférence de presse de ce matin, rassemblés autour des élus parlementaires et des maires de Bois-Guillaume, Bihorel et Isneauville, les maires de Jumièges et de Saint Martin de Boscherville ont dénoncé les pressions exercées sur les élus communautaires.
Ainsi, dans un contexte de réforme des collectivités territoriales et de maîtrise de la dépense, Monsieur Fabius promet de distribuer l’argent public. Pour diriger cette nouvelle communauté urbaine, il sera entouré de 46 vice-présidents, et d’une multitude de chargés de missions « indemnisés » !

Les élus de la majorité présidentielle restent favorables à un véritable projet communautaire qui repose sur un vrai débat démocratique, avec tous les élus légitimement représentés et dans le respect de la maîtrise de la dépense publique.


Contacter Françoise Guégot

  • en Permanence : 02 22 51 01 39
  • à l'Assemblée :    01 40 63 60 00

 

Formulaire de contact

Mes permanences en circonscription