Crise des agriculteurs : Entre menace de catastrophe sociale et sabotage de notre fierté nationale

Ce matin, les agriculteurs bloquent le périphérique de Caen, pour manifester leur colère face aux promesses non tenues du gouvernement.

Il y a un mois un accord avait été signé sous le couvert du gouvernement entre l'ensemble des différents acteurs de la filière agricole c'est-à-dire les agriculteurs, les industriels et la grande distribution. Malheureusement, le gouvernement montre une nouvelle fois, son impuissance à faire respecter cet accord.

Contrairement à Stéphane le Foll, j'estime qu'il faut sanctionner ceux qui ne respectent pas les accords passés le 17 juin sur la revalorisation des prix.

Entre colère et désillusion, les agriculteurs sont au bord de l'asphyxie financière. C'est une véritable catastrophe sociale qui se prépare : 1 agriculteur sur 10 pourrait déposer le bilan ce qui correspond à 25 000 exploitations agricoles menacées.

La viande et le lait sont bradés alors que ces filières sont notre fierté nationale et que la réputation de notre savoir-faire français n'est plus à démontrer. Concernant la filière laitière, le coût de production s'élève à 360 euros pour 1000 litre pour un prix de vente inférieur de 300 euros, en moyenne.

Il faut mettre en place un plan d'action au niveau européen pour débloquer des fonds afin d'aider nos agriculteurs à produire juste et vendre mieux.

Il faut soutenir nos agriculteurs ! Je demande une action urgente de la part du gouvernement. J'invite le Ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, à venir sur les terres normandes afin qu'il puisse constater la misère dans laquelle il plonge notre filière d'excellence.

facebook twitter google plus imprimer

Grèce: face à la duplicité du premier ministre grec, Françoise Guégot s'abstient.

Suite à l'accord conclu entre la Grèce et les États membres de l'Union européenne ce lundi, je m'apprêtais à voter en faveur de la déclaration du gouvernement sur l'accord européen relatif à la Grèce. Mais les propos tenus par le premier ministre grec, affirmant ne pas croire a l'accord qu'il a lui-même signé, m'obligent aujourd'hui à m'abstenir.
Si les termes de l'accord obtenu à Bruxelles sont bons et auraient permis d'éviter une nouvelle catastrophe au peuple grec, la duplicité du premier ministre grec doit nous inciter à la vigilance. En effet, la France détient à elle seule, aujourd'hui, 40% de la dette grecque chiffrée à plus de 320 milliards d'euros. Avec cet accord, il est question de rajouter 86 milliards supplémentaires. Quelles garanties sur l'accord aurions-nous s'il est déjà désavoué par celui qui l'a signé avant même sa mis en place? Quel crédit accordé à un gouvernement qui ne respecte ni la parole de son peuple ni ses engagements devant ses partenaires européens? Et surtout, quelle crédibilité aurions-nous aux yeux des Français en acceptant un tel double jeu?
Depuis son investiture, il y a de cela 6 mois, ce gouvernement s'est contenté de postures politiciennes sans proposer de solutions pour son peuple. Au bord du précipice, Tsipras et son équipe, vont plonger la Grèce dans le gouffre de la misère. Aujourd'hui, en raison de la politique menée par François Hollande, les Français sont matraqués fiscalement. Comment leurs demander de payer 40% des 86 milliards d'emprunt grec sans avoir le début d'une garantie sérieuse? Au regard de l'inaction du gouvernement grec, de son mépris envers son peuple et les Pays créanciers, au regard de la responsabilité qui m'incombe, en tant que représentante de la Nation, vis à vis de mes concitoyens à qui on demande toujours plus d'efforts pour faire face à une politique nationale calamiteuse, je ne peux pas donner ma voix à cette mascarade! Il est évident que dans quelques semaines, quelques mois tout au plus, cet accord ne tiendra pas en l'état. Nous ne savons même pas ce soir, si le parlement grec suivra son premier ministre!

facebook twitter google plus imprimer

Ma dernière intervention

Projet de Loi pour l'égalité Femmes - Hommes - Intervention de Françoise Guégot
 
Retrouvez la vidéo de l'intervention de Françoise Guégot en cliquant ici.
Retrouvez la réponse de la Ministre en cliquant ici.
facebook twitter google plus imprimer